Midnight Special, l’ovni de 2016 !

midnight-special-bandeau
Une voiture roule pleins gaz dans la nuit, les phares éteints. « Tu peux fermer ta lampe Alton ? » Clap. Noir complet. Assis devant Alton, son père Roy et son ami Lucas sont stressés. Ils semblent fuir quelque chose ou quelqu’un… Le décor est planté. Musique. Si l’histoire n’est en rien comparable à Interstellar, on retrouve là l’ambiance du chef d’œuvre de Christopher Nolan. Images léchées, plans plus splendides les uns que les autres, côté mystique… Nul doute, ce « Midnight Special » a effectivement quelque chose de spécial.

La difficulté de faire une chronique sur ce film est qu’on a envie à la fois de tout vous raconter mais qu’on ne sait quoi vous raconter. Par où commencer sans trop vous spoiler. Pour faire simple, ce long métrage retrace l’histoire d’une chasse à l’homme ou plutôt d’une chasse au gamin (Alton). Le petit garçon est doté de pouvoirs spéciaux qui inquiètent les plus hautes autorités et qui fascinent les fanatiques religieux. Il lui reste trois jours pour se rendre dans un lieu précis. Mais pour quoi faire ?

En écrivant cet article, je réécoute la bande originale, musique extraordinaire de David Wingo. Tout comme certaines séquences du film, elle vous donne la chair de poule et vous laisse là, bouche bée.

Attention, si vous vous attendez à un film bourré d’effets spéciaux, en mode fin du monde, vous serez déçus. En revanche, si vous y allez comme moi sans aucun a priori, vous allez prendre une sacrée claque.

Qui es-tu Jeff Nichols ? Après avoir réalisé Take Shelter et Mud, tu viens d’inscrire ton nom dans la lignée des grands réalisateurs des années 2000. Côté premier rôle, Michael Shannon (le père, Roy) a une tête de méchant. À coup sûr, il a été embauché dans sa jeunesse pour interpréter les malfrats, tandis que Joel Edgerton a déjà été aperçu dans Exodus de Ridley Scott ou le récent Jane got a Gun, avec Natalie Portman. Le petit Alton, lui, crève l’écran. Espérons pour lui qu’il ne connaisse pas la même carrière que l’enfant star d’Hollywood, Haley Joel Osment, vu dans Sixième sens et Forrest Gump, disparu des radars aujourd’hui. Côté second rôle, il est très plaisant de voir Kirsten Dunst, mademoiselle Spiderman, et Adam Driver, alias Kylo Ren, le petit-fils de Dark Vador himself. Bref. Foncez voir ce petit bijou S.-F. de Jeff Nichols. Le vrai ovni de ce début d’année cinéma.

Fab

Geek Days : un nouveau salon à Lille

Un petit article, pour annoncer notre partenariat avec le salon Geek Days !
Nous ne serons pas présentes sur cet événement, mais nous nous rattrapons en vous proposant un concours organisé avec Geek Days, où vous pourrez gagner des exemplaires de Mageek. Donc restez attentifs à leurs publications et aux nôtres sur Facebook…
Et sinon, pour ceux qui ne connaîtraient pas ce tout nouveau salon, une présentation s’impose.

GEEKDAYS

Lille, 10e plus grosse métropole de France n’avait pas encore son salon du manga, des comics et des jeux vidéo ! Mais c’est désormais chose faite avec la première édition des Geek Days, qui se déroulera du 23 au 24 avril 2016.

Le festival proposera, entre autres :

  • une exposition Star Wars,
  • un concours cosplay,
  • le village Play It Festival (LAN, expo rétrogaming, ateliers paper toy,
    customisation de consoles, etc.),
  • des rencontres avec des champions du jeu vidéo (Norman « GEN1US » Chatrier, Spank, Dina),
  • la présence de YouTubeurs locaux (Siphano, Blondie, Luccaas Tv, Adrigeek…)
  • les dédicaces d’une partie de l’équipe de Noob

Que dire de plus, sinon que ça a l’air sympa ? Les premières éditions d’une convention, quand elles sont organisées correctement, se révèlent plutôt agréables : il n’y a pas trop de monde et on a accès plus facilement aux animations.

Infos pratiques

GEEK DAYS
23 et 24 avril 2016 de 10h à 19h
Lille Grand Palais
1 Boulevard des Cités Unies 59000 Lille

PASS 1 JOUR EN PRÉVENTE : 10 €
PASS 2 JOURS EN PREVENTE : 16 €
PASS 1 JOUR SUR PLACE : 9 €
PASS 2 JOURS SUR PLACE : 15 €
Gratuit pour les moins de 8 ans

Pour en savoir plus : http://geek-days.com/

20 000 lieues sous Paris

11902281_1621426168117296_3877789431368299029_n
Les 26, 27 et 28 février, la team Mageek tenait son stand habituel au Salon Fantastique.
Bravant la fatigue après deux dures journées de labeur (N.D.A : en fait le salon ouvrait à 11 heures… Quelle bande de feignasses !), Lizu, Lupiot, Ellia et Elena ont décidé de s’offrir une soirée geek : 20 000 lieues sous Paris.

 

Sous les pavés, les abysses ?

La soirée, orchestrée par l’association Event Division, investissait le Théâtre du Renard pour sa deuxième édition.
Cet événement étant présenté comme un prolongement du Salon Fantastique, placé cette année sous le signe des légendes abyssales, difficile pour nous d’y résister ! En effet, nous avions déjà baigné toute la journée dans les fonds marins, sur notre stand où nous hébergions les magnifiques créatures en papier mâché réalisées par Lizu (voir ci-dessous).

12788283_707373672737819_315452533_TerOKÀ gauche, la team Mageek est menacée par un calmar complètement ouf.
À droite, petit poisson des abysses avec lanterne intégrée.

… Mais ambiance art déco finalement !

Le descriptif de la soirée précisait : « Cette nouvelle édition se place sous le signe de l’Art déco, dans une ambiance inspirant Gatsby, Rapture ou encore Equilibrium. »

Compte tenu du thème de la soirée, on aurait pu s’attendre à un décor sous-marin, qui inviterait les participants à évoluer entre les hublots, les rivets et les léviathans… Mais la beauté du lieu a tout de même su nous enchanter.

Début XXe siècle, le niveau inférieur servait de salon au Syndicat de l’Épicerie française. Dans ce cadre, on imagine bien les petits patrons indépendants  en réunion, dans la pièce enfumée lorgnant leurs montres à chaînette en argent tout en maugréant contre la pression des grandes enseignes de l’alimentation. D’ailleurs, un unanime et bravache « Un pour tous et tous pour un » est écrit en gros sur la façade et communique l’esprit ouvertement fédérateur du lieu.

Dehors, dans la file d’attente pour entrer, on a d’ailleurs pu admirer les beaux cartouches sculptés aux motifs fleuris et de larges arches qui évoquent les gares de l’époque.

Capture d’écran 2016-03-01 à 22.16.12
La salle du théâtre. Une mezzanine permet d’embrasser le rez-de-chaussée du regard et de bien profiter du show, même quand on fait 1m60.

Pour se fondre dans le décor, respecter le dresscode était fortement conseillé. Les possibilités proposées permettaient un éventail de tenues assez large :« rétro futuriste, Belle Époque, costume inspiration fin XIXe, début XXe siècle, années 20, Prohibition, entre-deux-Guerres, steampunk, circus, clockwork, diesel punk, créature marine, pirate sous-marin, savant fou, tenue de soirée, costume et chaussures de ville… ». Tout le monde a d’ailleurs appliqué les consignes, que les costumes aient été achetés ou fabriqués.

Le bar sert des cocktails aux doux noms en rapport avec l’ambiance, mais aussi des crêpes et des assiettes de charcuterie qui paraîtront peut-être trop décalées aux puristes (« Mazette ! Pourquoi ne nous sert-on pas du kraken bouilli ??? »). Il faut en tout cas mentionner les bonnes idées de l’organisation : pour plus d’immersion, certains membres du staff jouent les personnages excentriques. Ainsi, les préposées au vestiaire offrent de décontaminer les arrivants avec une petite piqûre. Un barman volant propose sous le manteau des fioles aux couleurs vives, dont lui-même dit ignorer la composition (a priori c’était bien un barman, aucune de nous n’a expérimenté de visions psychédéliques après l’absorption dudit breuvage…).

Des animations hautes en couleur

La soirée commence doucement, avec un show boylesque, c’est-à-dire un spectacle burlesque réalisé par un homme, l’artiste Aleksei Von Wosylius, grimé de telle façon qu’un masque noir semble recouvrir la moitié de son visage. L’effeuillage se déroule entre deux pluies de roses.

Les animations ne suivent pas à la lettre le programme et il semble que certains artistes manquent à l’appel. Néanmoins on ne s’offusque pas, on a comme promis du burlesque, de la danse orientale et de la musique, avec Mansara dont la voix envoûtante nous accompagnera une partie de la soirée.

12776703_709181692557017_421510363_o


Et que dire du clou du spectacle ? Le boylesque revient, avec l’effeuillage du lapin blanc d’Alice, très pressé de nous montrer sa carotte… On parle bien d’un accessoire, d’une carotte en plastique (ou en peluche ?), hein ! Même si on préfère vous montrer une photo plus sage, avant que les choses sérieuses ne commencent (hé hé) !

12789997_709156932559493_671181207_o

Autre activité d’intérêt, le stand photo d’Alain Warnier qui n’a pas désempli de la soirée. Forcément, on ne s’habille pas comme ça tous les jours, donc autant prendre un peu de temps pour un joli souvenir. On s’est laissées tenter, et voilà ce que ça donne :

20kLieuesSsParis_2016_AW_DSC9833_2
Avec un respirateur à opium bronchodilatateur assemblé suivant les plans secrets du professeur Théophraste Ducolier, la team Mageek a pris la pose, en compagnie d’Anaëlle, la créatrice artiste vitrailliste dont vous pouvez retrouver l’interview dans notre numéro 2.
© Alain Warnier.

Pour visionner les autres photos de l’événement, rendez-vous sur :
http://cawphotos.free.fr/Evenements%202/index.php#folder=Evenements%202016/20000%20Lieues%20Sous%20Paris%202016

Ellia et Lizu