Shopping Avengers

Avengers est de retour sur le grand écran, avec son lot d’actions, de super-héros charismatiques et de petites blagues bien placées !

Le second volet nous a plu et nous a motivées à vous dresser une liste de produits sympatoches (goodies ou créations de fans) à se procurer de toute urgence !

 

tableau-Avengers

Avec ce tableau les Avengers veilleront sur votre salon.
Idéal pour repousser les aliens et les intelligences artificielles hostiles.

Disponible sur la boutique Etsy PadGround. Le prix varie selon le format.

 

chaussures-avengers-talons

Bon pied bon œil (de faucon ha ha ha). Plus sérieusement cette paire de talons
donnera la touche « comic » qui manque à votre tenue.

Disponible sur la boutique Etsy ComicShoes. 62,87 .

 

tablier-hulk

Vous n’aurez plus jamais peur de smasher vos légumes avec ce tablier.

Disponible sur lageekerie.com25,90 .

 

loki-poupee

À placer sur votre autel à la gloire de Tom Hiddleston.

Disponible sur la boutique Etsy AdventuresInYarnia. 35,89 .

 

short-Avengers

Vous vous sentirez sexy et badass comme la Veuve noire en portant cet adorable short en jean.

Disponible sur la boutique Etsy onebrokeosprey. Le prix varie selon la couleur.

 

horloge-avengers

Il est temps de remettre les pendules à l’heure.
Vous ne serez plus jamais en retard avec cette superclock.

Disponible sur la boutique Etsy TheVinylEatersShop. 36,64 .

 

basket-avengers

Pour vous sentir bien dans vos baskets et vous prendre pour Steve Rogers en salle de sport.

Disponible sur la boutique Etsy KSMCustomKicks. 150,17 .

 

loki-army 20716-m840-t-shirt-iron-man-comics-rouge

O.K. fini la plaisanterie. Il est temps d’afficher vos couleurs !! Alors ce sera Team Avengers ou Team Loki ! Choisissez avec sagesse (et non sous l’influence d’un quelconque sceptre à lueur bleue bien louche !!)… Aucun retour n’est possible *musique dramatique*

Loki’s Army. Disponible sur la boutique Etsy AndroidSheepFTW. 22,67 .
Iron man. Disponible sur logo-store.fr. 19,99 .

 

lampe-murale-fx-iron-man

Vous êtes sûr(e) de faire sensation et de ne pas foncer dans le mur en achetant
cette lampe vraiment pas comme les autres.

Disponible sur lageekerie.com. 44,90 .

 

monsieur-patate-captain-america

Les patates viennent d’Amérique, tout comme Captain America. Coïncidence ? On ne pense pas…

Disponible sur lageekerie.com. 20,90 .

 

ggs80124-thor-mjolnir-hammer-bookend-a_3

Pour faire un remake d’Excalibur version scandinave dans votre salon.
Peut éventuellement servir de cale-livres…

Disponible sur popcultcha.com. 104,65 .

 

Et enfin la collection Adidas Avengers !! Voici quelques produits disponibles sur www.adidas.fr

AH8781_01_laydown casquette-avengers adidas-iron-man adidas-ulk adidas-captainB44309_01_standard

Ellia et Elena

 

Anno Dracula : comment redonner du mordant aux vampires… (oui j’ai osé)

Note : 4,5/5

Sur un coup de tête, j’ai acheté ce livre qui a rejoint ma table de chevet complétant une pile plutôt impressionnante de bouquins (allant de Bakuman à La Face cachée de Margot de John Green, en passant par Héloïse Ouille de Jean Teulé, sans oublier La Fraternité de Panca 1 de Pierre Bordage). C’est pourtant Anno Dracula de Kim Newman qui a retenu mon attention.

D’abord par sa couverture :

couv-anno-dracula

La petite phrase qu’il faut de Neil Gaiman (« Magnifique. Une lecture obligatoire ») aidant, j’ai entamé le bouquin. Il m’a tellement plu que j’ai décidé de le faire sortir des oubliettes. Si vous ne l’avez pas encore lu, voici qui vous mettra en appétit.

Mais de quoi on parle ?

De vampires.

De vrais vampires.

Non. C’est plus compliqué. Reprenons.

Imaginons Londres, fin du 19e siècle. Oscar Wilde côtoie Bram Stoker et Sherlock Holmes tandis que le Dr Jekyll fait une apparition discrète. Un monde où les grands hommes d’hier se mélangent avec les héros de fiction. Un monde où Dracula, après avoir massacré Van Helsing, épouse la reine Victoria, devient Prince consort du Royaume-Uni et fait sortir de l’ombre toute sa race. Un monde où la jeunesse s’achète pour un shilling et où le vampirisme est à la mode.

On suivra plusieurs personnages, dont Charles Beauregard, un espion qui travaille pour le mystérieux Diogène’s Club et Geneviève Dieudonné, une vampire vieille de quatre cents ans, qui travaillent ensemble pour résoudre des crimes : des prostituées vampires se font assassiner à Whitechapel.

Si votre intérêt n’est pas piqué, je rajouterai que la narration est bien menée et que l’écriture est succulente et que le résumé que je vous ai servi ici est bien succinct, pour ne pas gâcher le plaisir de lecture. L’univers est riche en idées et rebondissements, il mérite définitivement qu’on y fasse un détour.

Le roman est d’abord paru aux éditions J’ai lu en 1998. En 2012, les éditions Bragelonne lui redonnent une nouvelle jeunesse en l’agrémentant de textes inédits : notes de l’auteur, fin alternative…

La réédition du tome 2 vient de paraître en poche et s’intitule Le Baron rouge sang. Mais je vous recommande vivement de ne pas y jeter un œil tant que vous n’aurez pas fini le premier tome, au risque de vous faire méchamment spoiler.


Résumé « officiel »

Londres, 1888.
L’obscur voile de la terreur est tombé sur la capitale depuis que la reine Victoria s’est unie au sulfureux comte Dracula. Sous son influence, les citoyens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs des vampires, toujours plus puissants.
Mais la riposte ne se fait pas attendre. Dans les sinistres ruelles de Whitechapel, un assassin surnommé Scalpel d’Argent massacre les prostituées aux canines un peu trop aiguisées. Lancés dans la traque du tueur, Geneviève Dieudonné, une vampire à  la jeunesse éternelle, et Charles Beauregard, espion pour le Diogene’s Club, vont devoir gravir les échelons du pouvoir. Et s’approcher dangereusement du souverain le plus sanguinaire qu’a jamais connu le royaume.

Elena

# WANTED

Featured image

Citizen Four de Laura Poitras
Note : 9/10

Edward Snowden ? Ça vous dit quelque chose ? Vous en avez forcément entendu parler. C’est ce petit gars de la NSA (agence de renseignements aux States) qui a posé ses balls sur la table et a décidé de tout divulguer dans la presse concernant les infos classées top secrètes de son employeur. Résultat : le plus grand scandale politique de ces 10 dernières années. Téléphone portable, Internet, Minitel (bon ok là je vais un peu loin)… on se doutait que l’on était espionné par les plus hautes sphères mais pas à ce point et de cette façon. La réalisatrice Laura Poitras est à ce moment-là contactée par ce geek en panique via message crypté (on se croirait pour sûr dans James Bond). Cette dernière va décider de le rejoindre à Hong Kong, lieu où il est exilé depuis qu’il est devenu l’homme le plus recherché des États-Unis. Et quand vous êtes wanted par le FBI, ce n’est jamais bon signe. Entre pressions, intimidations, et révélations, on partage son quotidien dans sa chambre d’hôtel, où le moindre coup de téléphone louche ou alarme inhabituelle dans l’immeuble nous fait sursauter. Assurément, mon coup de cœur de ce début d’année.

J’aime/ J’aime pas. Mageek fait le bilan.


J’aime :

La prise de risque

Habituellement, un réalisateur en mal d’inspiration utilise un fait divers (Hostel, Massacre à la tronçonneuse et Attrape mon hémoglobine si tu peux) ou un ouvrage pour écrire le scénario de son propre film. Laura Poitras, elle, est carrément l’héroïne de son long métrage et s’est servi de son vécu. Ou plutôt se sert car Citizen Four, nom de code de Snowden, se déroule au moment même de cette affaire. On s’imagine alors à la place de la jeune femme, le visage en sueur, le cœur tambour battant derrière sa caméra, persuadé qu’un sniper vous observe ou que le téléphone de la chambre d’hôtel est sur écoute pendant votre entretien avec le geek à lunettes qui sort révélations sur révélations. Vous savez que votre vie ne sera plus comme avant et que vous serez épié jour et nuit par les services secrets. Que le mot « famille » n’existera plus pour vous mais peu importe, vous avez eu le courage de le faire. C’est vibrant, c’est fort, c’est le rêve de tout journaliste à la recherche du scoop du siècle.

Le rythme

Au-delà de ce courage incroyable, Laura Poitras a monté son film comme un polar, ce qui le rend nerveusement incroyable. Chaque mail crypté transmis entre les deux héros est reconstitué, chaque flash spécial de ce scandale des chaînes américaines est diffusé, chaque extrait de procès sur cette affaire ridiculise les personnes représentant le gouvernement ou ces agences de renseignements. L’aigle de l’Oncle Sam s’en retrouve vite déplumé, emportant avec lui, les illusions de démocratie qu’il reste dans ce bas monde. Ça fait froid dans le dos et on en redemande.

J’aime pas :

Les termes techniques

A moins d’avoir un copain geek ou d’être un super crack en informatique, il vous sera difficile de comprendre l’intégralité du scandale. Si PRISM, XKeyscore et autre Tempora ne figurent pas dans votre champ lexical, et c’est normal, ça se ressent un moment dans le film. On perd un peu le fil (d’actualité Facebook). Humour d’informaticien je précise !!!

Résumé

En bref, foncez voir Citizen Four. Vous vous sentirez l’âme d’un héros pendant 2 heures, et aurez envie, comme la réalisatrice, de lever le voile sur nombre d’affaires étranges qui nous entourent. Georges Kennedy, le 11 septembre, la mère Michelle a-t-elle vraiment perdu son chat ??? On nous aurait menti ???

http://www.legorafi.fr/2012/11/29/disparition-du-chat-de-la-mere-michel-50-ans-apres-le-gorafi-relance-lenquete/

Fab

Chappie Chapo !

Featured image

Chappie de Neill Blomkamp
Note : 6/10

Sorti le 4 mars dernier, Chappie se déroule en Afrique du Sud, dans un futur proche. Problème, la violence y est telle que les agents de police sont aidés par des policiers robots, baptisés les Scouts et conçus par Deon Wilson (Dev Patel, alias le gentil Indien dans Slumdog Millionaire). En face, Vincent Moore (Wolverine, euh pardon, Hugh Jackman) campe le méchant. Ingénieur lui aussi, il a la rage que son gros robot tout moche n’ait pas été retenu par la société, qui en construit pour l’État.

Deon qui en a marre de la violence engendrée par les Scouts, décide d’en récupérer un. Son but : lui bidouiller le cerveau pour lui faire ressentir des émotions et qu’il devienne tout mignon, « Gouzi Gouzi » style. C’est Chappie.

J’aime/ J’aime pas. Mageek fait le bilan.


J’aime :

Le robot

Ne vous y trompez pas, LE point fort de Chappie, … ben c’est Chappie lui-même. Il faut dire qu’après Les Nouveaux Héros de Disney, la ferraille a la cote sur les grands écrans. Ce qui fonctionne bien dans le film, c’est la façon dont Chappie s’adapte à notre monde. Alors que son créateur veut le rendre tout mignon, les racailles croisées par Chappie vont lui apprendre le comportement de base d’un gangsta de Pretoria. « Hey mother fucker », « Bitch » et autre noms d’oiseaux dans sa bouche font mouche. La salle est hilare.

Le casting

Chappie c’est avant tout un casting qui claque. Dev Patel, en ingénieur, maladroit, célibataire (il y a qu’à voir le bordel dans son appart, on dirait le mien en mieux rangé) et passionné de robot, est touchant.

Hugh Jackman n’a en revanche rien de sexy durant deux heures et arbore une coupe « Jacky queue de rat » des nineties du camping de Palavas les flots. AOUUUUUUH. C’est peut-être pour cela qu’il passe bien en méchant et qu’après le très bon Prisoners, Hugh, s’avère meilleur acteur que son homonyme british, au sourire bright, qui fait tourner la tête de Bridget Jones.

Enfin Sigourney is back. Après Alien et Avatar, Mamie Weaver envoie un high kick dans la face de ceux qui considèrent Meryl Streep comme la seule sexa sexy encore crédible au cinéma. Mention spéciale également aux deux racailles, Yolandi Visser, mélange de Lady Gaga et de Bjork et son acolyte Watkin Tudor Jones, parfait en idiot des bidonvilles.

La patte stylistique

Enfin, s’il y a une chose qu’on ne peut pas reprocher à Neill Blomkamp, 35 ans seulement au compteur, c’est l’univers qu’il parvient à créer dans ses longs métrages. Entre reportage et film d’action, Chappie fait très réaliste et détonne dans le monde aseptisé du cinéma hollywoodien. C’est l’anti-Transformers par excellence, avec de très bons effets spéciaux mais Megan Fox en moins. OOOOOOH !

J’aime pas :

Le scénario

Bon après ce concert de louanges, il est vrai que Chappie n’est pas non plus à ranger à côté des Terminator I et II de Cameron. Le scénar est très classique, voire déjà vu. On voit un peu tout venir à 50 km à la ronde. Deon Wilson c’est le gentil, Patrick Moore c’est le méchant, et il va lui faire à l’envers, ça se voit gros comme une maison. C’est mignon mais beaucoup moins prenant que District 9, le premier long métrage de Neill Blomkamp. On aurait pu rebaptiser le film « Choupie ».

Le rythme

Quand vous regardez votre montre dans une salle de cinéma, en général, ce n’est jamais très bon signe. Et là cela n’a pas loupé me concernant. Le film est très long ou mal monté (à l’inverse de Hugh malgré ses cheveux gras fiouuuu fiouuuu) et les scènes d’action décevantes. Je m’attendais à un combat épique entre l’Original (le droïde méchant) et Chappie. Attention petit SPOILER Durée de l’affrontement : 5 minutes, douche comprise.

Un bon divertissement pour un dimanche après-midi qui ne fera pas oublier les classiques du genre. Aficionados de Terminator s’abstenir.

Fab