# WANTED

Featured image

Citizen Four de Laura Poitras
Note : 9/10

Edward Snowden ? Ça vous dit quelque chose ? Vous en avez forcément entendu parler. C’est ce petit gars de la NSA (agence de renseignements aux States) qui a posé ses balls sur la table et a décidé de tout divulguer dans la presse concernant les infos classées top secrètes de son employeur. Résultat : le plus grand scandale politique de ces 10 dernières années. Téléphone portable, Internet, Minitel (bon ok là je vais un peu loin)… on se doutait que l’on était espionné par les plus hautes sphères mais pas à ce point et de cette façon. La réalisatrice Laura Poitras est à ce moment-là contactée par ce geek en panique via message crypté (on se croirait pour sûr dans James Bond). Cette dernière va décider de le rejoindre à Hong Kong, lieu où il est exilé depuis qu’il est devenu l’homme le plus recherché des États-Unis. Et quand vous êtes wanted par le FBI, ce n’est jamais bon signe. Entre pressions, intimidations, et révélations, on partage son quotidien dans sa chambre d’hôtel, où le moindre coup de téléphone louche ou alarme inhabituelle dans l’immeuble nous fait sursauter. Assurément, mon coup de cœur de ce début d’année.

J’aime/ J’aime pas. Mageek fait le bilan.


J’aime :

La prise de risque

Habituellement, un réalisateur en mal d’inspiration utilise un fait divers (Hostel, Massacre à la tronçonneuse et Attrape mon hémoglobine si tu peux) ou un ouvrage pour écrire le scénario de son propre film. Laura Poitras, elle, est carrément l’héroïne de son long métrage et s’est servi de son vécu. Ou plutôt se sert car Citizen Four, nom de code de Snowden, se déroule au moment même de cette affaire. On s’imagine alors à la place de la jeune femme, le visage en sueur, le cœur tambour battant derrière sa caméra, persuadé qu’un sniper vous observe ou que le téléphone de la chambre d’hôtel est sur écoute pendant votre entretien avec le geek à lunettes qui sort révélations sur révélations. Vous savez que votre vie ne sera plus comme avant et que vous serez épié jour et nuit par les services secrets. Que le mot « famille » n’existera plus pour vous mais peu importe, vous avez eu le courage de le faire. C’est vibrant, c’est fort, c’est le rêve de tout journaliste à la recherche du scoop du siècle.

Le rythme

Au-delà de ce courage incroyable, Laura Poitras a monté son film comme un polar, ce qui le rend nerveusement incroyable. Chaque mail crypté transmis entre les deux héros est reconstitué, chaque flash spécial de ce scandale des chaînes américaines est diffusé, chaque extrait de procès sur cette affaire ridiculise les personnes représentant le gouvernement ou ces agences de renseignements. L’aigle de l’Oncle Sam s’en retrouve vite déplumé, emportant avec lui, les illusions de démocratie qu’il reste dans ce bas monde. Ça fait froid dans le dos et on en redemande.

J’aime pas :

Les termes techniques

A moins d’avoir un copain geek ou d’être un super crack en informatique, il vous sera difficile de comprendre l’intégralité du scandale. Si PRISM, XKeyscore et autre Tempora ne figurent pas dans votre champ lexical, et c’est normal, ça se ressent un moment dans le film. On perd un peu le fil (d’actualité Facebook). Humour d’informaticien je précise !!!

Résumé

En bref, foncez voir Citizen Four. Vous vous sentirez l’âme d’un héros pendant 2 heures, et aurez envie, comme la réalisatrice, de lever le voile sur nombre d’affaires étranges qui nous entourent. Georges Kennedy, le 11 septembre, la mère Michelle a-t-elle vraiment perdu son chat ??? On nous aurait menti ???

http://www.legorafi.fr/2012/11/29/disparition-du-chat-de-la-mere-michel-50-ans-apres-le-gorafi-relance-lenquete/

Fab